aA

Petite déprime de rentrée

19 sept 2012 à 14h14 par Wallace .
 

Et c'est reparti pour une année...

Adieu les vacances !
Ça fait du bien de changer d'air, mais quand ça se termine, je ressens toujours un vide...
J'étais en train de penser à ça en flânant sur le trottoir et en regardant passer les potes du quartier.
C'est fou, on dirait que les vacances les ont épuisés :
ils ont tous un peu maigri, d'avoir galopé en liberté tout l'été (sauf ceux qui étaient en pension chez papi-mamie, ceux-là, ils ont mangé le gras du jambon sous la table en cachette, les veinards), et les voilà la queue basse, au bout de leur laisse, à prendre des nouvelles des copains via PlataneBook.


Le véto :  Alors, Wallace, tu as l'air pensif, que t'arrive-t-il ? La nostalgie des vacances ?


Wallace :  Ah, Doc, si tu crois que tu peux me surprendre, tu te trompes ! Même dans la méditation la plus intense, je reste vigilant quant à mes arrières... mais tu as vu juste : j'ai pas trop l'moral ces jours-ci, et les potes poilus non plus, à c'qui semble. Y aurait pas un virus qui s'balade ?


Le véto :  Non, pas d'épidémie de virus canin, je crois. Par contre, ce que tu me dis ne m'étonne pas. C'est normal d'être un peu nostalgique quand les vacances sont finies.

  


Wallace :  D'accord, Doc, mais moi qui ai toujours un appétit pantagruélique, là je saute un repas sur deux. Tu crois que je vais bientôt mourir ?


Le véto :  Mais non ! Ahhhh, pour vous, les chiens, tout tourne toujours autour du repas !


Wallace :  Tu peux causer ! Vous, les français, vous êtes obsédés par la bouffe, vous en parlez même quand vous mangez ! Mon humaine, elle a pas fini son dessert qu'elle se demande ce qu'elle va manger demain !


Le véto :  Tu as raison, revenons à nos moutons...


Wallace :  Je préfère que tu dises : "revenons à nos gigots", j'ai déjà un peu l'impression de guérir.


Le véto :  Bonne idée. Nos gigots, donc. Tu peux donc être tranquille, tel que je te vois, tu n'as qu'un petit coup de blues.


Wallace :  Oui, mais j'ai des copains même plus intéressés par la balade, ils ne font que dormir, ils ne mangent rien...


Le véto :  Là, ça semble plus grave, et ça ressemble plus à une dépression. Il vaut mieux consulter pour ne pas la laisser s'installer, car plus on tarde et plus c'est difficile à traiter.


Wallace :  Bon, moi, c'est pas à ce point, quand même. Mais là, j'en ai un peu marre de mes croquettes, je me ferais bien un poulet grillé...


Le véto :  C'est ça, pour que je sois obligé de t'ouvrir le ventre pour en extraire la carcasse !


Wallace :  Non, je te promets, je ne mangerai que les filets, et la peau !


Le véto :  C'est ça, dis-moi plutôt que tu voudrais que ta maîtresse te prépare un bon petit plat...


Wallace :  Comment tu le sais ?!? Tu lis mes pensées ?


Le véto :  C'est que je commence à vous connaitre...


Wallace :  Elle ne s'occupe plus de moi, avec la rentrée, et tout ça... le seul moment où elle me regarde un peu, c'est quand je mange ! Alors je prends mon temps, faut qu'ça dure !


Le véto :  Exactement ! Et ça devient un point de fixation : le maître tient à ce que son chien mange, et ne le lâche pas jusqu'à avoir gagné, et le chien, qui a bien compris, refuse de manger car il sait bien que dès qu'il aura fini sa gamelle, son maître retournera à ses taches habituelles.


Wallace :  Waow, puissant ! C'est sans fin, alors !


Le véto :  Tu as tout compris. J'en connais même qui "obligent" leurs maître à se mettre à quatre pattes et à leur donner la becquée. Rien que pour attirer l'attention.


Wallace :  C'est pas vrai...!


Le véto :  Si ! Abusif, non ?


Wallace :  Ah non, c'est trop fort ! À quatre pattes, les deux-pattes, À quatre pattes, les deux-pattes !


Le véto :  Wallace !...


Wallace :  Ok, c'est un peu exagéré.

Tiens, question piège : comment on fait pour savoir si un chat déprime, vu qu'ils dorment déjà toute la journée, ces fénéants ?

 


Le véto :  Les chats, c'est plus souvent de l'anxiété qu'ils expriment à la rentrée, qui se manifeste par des pelades ou de la malpropreté. Une petite cure de Zylkene, et on n'en parle plus.

D'ailleurs, tout le monde devrait faire une petite cure de vitamines, à la rentrée.


Wallace :  Et pour mon problème d'appétit, tu conseilles quoi, môssieur-je-sais-tout ?


Le véto :  Mieux vaudrait aller faire une petite balade, pour te changer les idées et passer du temps avec ta maîtresse, non ?


Wallace :  Oui, mais tu sais, souvent l'humain est profondément vissé dans son canapé...


Le véto :  Je te le concède. Mais même le plus obtus ne peut pas ne pas comprendre si son chien lui apporte la laisse en frétillant de la queue.


Wallace : C'est vrai. On vous a bien dressés, vous, les humains.


Le véto :  C'est ça. Allez Wallace, je te laisse, y en a qui bossent...


Wallace :  Salut, Doc ! Eh, une fois où tu auras le temps, je te raconterai comment, il y a fort fort longtemps, l'homme est devenu le meilleur ami du chien.


Le véto :  Bien sûr ! Avec plaisir !


Wallace :  Ah, ce cher véto, j'l'aime bien, au fond.

 

Commentaires

1. Par roselyne (miline), le 19 sept 2012 à 17h25
roselyne (miline)

c'est vrai, j'ai déjà vu Marc à 4 pattes le nez dans la gamelle (d'eau) d'étoile! et ça a marché, étoile est venue boire aussi!!

2. Par malouisiane, le 20 sept 2012 à 15h11
malouisiane

Mes poilus ont vraiment de la chance, vacances et rentrée on est toujours ensemble !!! Un si grand bonheur.

3. Par Wallace, le 05 oct 2012 à 08h46
Wallace

 @ Roselyne, Hahahha, on l'imagine tout à fait le nez dans la gamelle d'Etoile :-D

@ Malouisiane, profitez bien de votre joyeuse troupe de poilus !!! Ça doit être du boulot, mais quel bonheur en effet !!!

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font un fois sept ? (chiffres)